Pour commencer cette nouvelle année, j’ai décidé de vous partager les cinq livres innovation mode qui m’ont le plus marqué. Dans cette sélection, vous trouverez aussi bien des ouvrages sur la productivité, la décroissance, le minimalisme, la fashiontech ou également comment retrouver une forme de concentration.

Ainsi, ce qu’ils ont tous en commun c’est une approche différente sur comment améliorer la société, l’individu et l’entreprise. Je vous donnerai également des clefs pour que vous les appliquiez à vos business mode.

 

Atomic Habits
Atomic Habits

Sûrement mon livre préféré que j’ai dû relire au minimum 5 fois. Pour James « nos habitudes sont façonnées par nos systèmes de représentation ». Celles-ci se définissent comme des actions que nous répétons de manière automatique sans y penser. Par exemple, se laver les dents ou bien écrire tous les jours. Dès lors, ils s’interrogent sur la façon dont nous pouvons développer de nouvelles bonnes habitudes (aller à la gym) ou supprimer de mauvaises (arrêter de fumer).

Par exemple, si vous voulez être plus en forme; aller à la gym peut être une belle idée. Pour James, la répétition est essentielle. A cet égard, commencer par s’y rendre juste 5 minutes tous les jours enclenche un cercle vertueux. Et une fois que vous l’avez automatisé vous pouvez rester une minute de plus. Un de ces conseils principal pour progresser est de se challenger à hauteur juste de 1% afin d’éviter l’ennui ou l’échec.

Concernant nos marques de mode qui cherchent à devenir plus vertes elles peuvent bien évidemment l’appliquer. Imaginons que précédemment, elles pensaient que produire en Chine c’était cool et que maintenant elles réalisent que produire localement pollue moins (chacun son rythme d’apprentissage). Elles peuvent s’engager sur une production locale à hauteur de 5% le premier mois et chaque mois elles rajoutent 5%. De cette manière au bout de 2 ans elles se seront complètement transformées : une belle utopie réalisable 😉

Livres innovation mode
Company of one

Dans cet essai Paul remet en question la notion même de croissance qui a bercé la société occidentale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dont le plus bel exemple vient de nos chers startups avec le concept d’hypercroissance. En effet, nous avons été abreuvé par cette idée que la croissance s’avérait l’horizon ultime avec une horde d’employées et un chiffre d’affaires qui double chaque année, dont Gucci en est le parfait exemple.

Or, pour lui il convient plutôt de s’interroger sur comment nous voulons faire de l’argent et non sur combien nous voulons. C’est pourquoi, Paul estime que rester petit s’avère une nécessité essentielle dans un contexte de plus en plus incertain.  En effet, cela permet de garder une flexibilité incroyable et de s’adapter à quasiment toutes les situations.

Essentialism
Essentialism

Ce livre de Greg Mc Keown s’avère un complément primordial au précédent. Aussi bien dans la vie personnelle que professionnelle, il promeut une simplification. Il développe ainsi le concept d’essentialisme qui se définit comme l’art d’aller au principal. En d’autres termes, délaisser tout ce qui ne sert pas votre ambition ou plutôt votre projet de vie.

Pour lui, « les essentialistes passent autant de temps que possible à explorer, écouter, débattre, questionner et réfléchir. Mais leur exploration n’est pas une fin en soi. Le but de l’exploration est de discerner le petit nombre vital du nombre trivial ». C’est pour cela qu’apprendre à dire NON s’avère une nécessité mais surtout une discipline.

Patagonia l’a parfaitement compris et surtout appliqué en développant des vêtements qui servent l’individu tout en préservant la planète. Ils refusent ainsi cette course effrénée à la croissance. Et leur publicité « Don’t buy this jacket » en était le parfait exemple.

L’essentialisme se rapproche également du minimalisme que je vous invite également à explorer dans mon article sur le sujet juste .

Livres innovation mode
Unfolding FashionTech

Dans son dernier opus, Marina dresse le portrait de la scène fashiontech de ces vingt dernières années. Elle estime que la promesse d’une mode intégrant la technologie n’a pas été tenue. Nous portons toujours des vêtements qui trouvent leur origine dans les années 50.

Néanmoins, pour dépasser ces contingences techniques, elle préconise des synergies pluridisciplinaires entre designers, chercheurs et marketers. En outre, l’éveil de la conscience environnementale du secteur de la mode s’avère une formidable opportunité pour accélérer l’innovation mode.

Pour en savoir plus ce livre absolument captivant, je vous invite à lire mon article sur ce livre ici.

Deep work
Deep work

Enfin, Cal Newport s’intéresse à l’économie de l’attention et à la manière dont nous pouvons récupérer notre capacité de concentration. Aujourd’hui, avec la diffusion d’internet, nous sommes continuellement connectés et surinformés. Et pour performer à haut niveau ce qui fait la différence c’est notre capacité à maîtriser de nouvelles connaissances.

Ainsi, pour retrouver une certaine forme d’attention, il estime que la technologie doit être à notre service et non pas que nous y soyons asservis. Il suggère donc une détox pendant 30 jours d’éléments digitaux (réseaux sociaux, site web…) pour ensuite les réintroduire progressivement. De cette manière, vous pourrez savoir s’ils sont réellement utiles dans notre vie.

Une question se pose alors, l’industrie de la mode  peut-elle se passer d’Instagram pendant 30 jours ?

Bref, je serai plus que curieux de voir le résultat 😉

Enfin, dites-moi quels livres innovation mode vous ont le plus marqué cette année ?

#Myfashiontech #Fashiontech

Fabrice

Fabrice Jonas est le fondateur de Myfashiontech. Il écrit sur l'innovation au service de la mode et comment celle-ci peut rendre la mode plus durable.
Enfin, il couvre de nombreux évènements fashiontech en France et à l'étranger comme Gitex, ChangeNow Summit, Fashiontechdays ou le Salon Traffic.