Pour ce troisième épisode de l’actualité Fashiontech, avec Valentine, nous avons voulu réaliser un focus sur l’ANDAM qui a remis ses prix le 1er juillet et notamment sur le vainqueur du prix innovation : Spinnova. En outre, nous sommes revenus également sur la réouverture de la Samaritaine ainsi que sur la folie des micro bags.

La Samaritaine : le luxe à la parisienne

Après 16 ans de fermeture pour cause de non-conformité des bâtiments, la Samaritaine rouvrait ses portes le 23 juin avec un an de retard covid.

Qu’est-ce qui a changé en 16 ans ?

Tout d’abord, le magasin est désormais la propriété du groupe LVMH. Connaissant Bernard Arnaud, la Samaritaine a été repensée en temple du luxe, avec l’ensemble des marques du groupe à l’intérieur.

Le slogan « on trouve de tout à la Samaritaine » inspiré du bon samaritain est désormais devenue désuet. Inutile alors de penser retrouver une piste de ski sur le toit comme auparavant ou bien la Société Protectrice des Animaux (SPA) au dernier étage pour repartir avec une poule ou louer un éléphant à la journée ou y chercher son essentiel de bricolage. Aujourd’hui, vous retrouverez l’hôtel cinq étoiles et la galerie de sacs Louis Vuitton

Enfin, à mon sens, ce qui s’avère le plus appréciable tient en deux points. Tout d’abord, une rénovation exceptionnelle du bâtiment et ensuite sa localisation au cœur de la capitale. Pour finir, ce bijou parisien renferme plus de 200 marques dont certaines de niche qu’on n’attendait pas forcément comme The Frankie Shop la marque coréenne System.

 

Micro bag : une belle idée pour Instagram

Au commencement était Jacquemus. En effet, en lançant le chiquito, un sac à main miniature, le designer en plus de créer un coup marketing a lancé une véritable déferlante sur les réseaux sociaux. Depuis toutes les marques s’y mettent. Ainsi, Dior se réinvente alors en déclinant ses sacs iconiques en version mini.

Au niveau de leurs techniques de communication. Rien de très original mais plutôt efficace : les offrir aux influenceuses. Par exemple, Léna Situation, Chiara Ferragni, Sooyaa et un grand nombre d’influenceuses coréennes comme Irene is Good. Du mini Dior au mini caddie on a vu la nouvelle collection partout sur instagram !

La suite de leur technique de com : mettre les influenceuses et le reste du monde au défi ! Qui arrivera à mettre le plus de choses dans ce minibag.

Et ça marche ! Je suis même étonnée qu’ils ne l’aient pas fait plus tôt.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Chriselle Lim 🌟 (@chrisellelim)

Par contre, attention au risque d’overdose de miniatures. 🙄

ANDAM : l’innovation accélérée

L’Association nationale pour le développement des arts de la mode (ANDAM) a été créée en 1989 par Nathalie Dufour avec pour objectif de soutenir la création mode. Et le premier lauréat a été Martin Margiella, un an seulement après sa première collection. D’ailleurs, il a été Président du jury lors de la 30ième édition.

Parmi les lauréats qui ont brillé par la suite, je peux citer Anthony Vaccarello, Alexandre Mattiuissi, Jérémy Scott, Vicktor & Rolf, Iris Van Herpen, Marinne Serre ou Christelle Koché.

Aujourd’hui, l’ANDAM se décline en 4 prix. Le Grand Prix qui récompense une marque en croissance, le Prix Pierre Bergé pour les jeunes marques, le Prix Accessoires qui comme son nom l’indique et enfin le Prix Innovation pour lequel je suis dans le jury depuis 3 années.

Concernant ce dernier, il a été créé il y a 5 ans pour distinguer des « créateurs, entrepreneurs et start-up françaises et internationales, souhaitant développer leur projet en France, qui offrent des solutions créatives, innovantes et technologiques dans les domaines de la conception, de la production et de la distribution de mode permettant le développement d’une mode responsable et transparente, qui prend en compte les enjeux économiques, écologiques et sociaux. »

Pour en savoir plus l’évolution de l’ANDAM, je vous invite à écouter ma conversation avec Clarisse Reille du DEFI Mode et Yann Gozlan de Creative Valley, juste ici.

Spinnova : une fibre à partir du bois

Spinnova est une entreprise finlandaise de matériaux durables qui a développé une technologie capable de transformer la fibre cellulosique (qui vient du bois) en fibre pour l’industrie textile grâce à un processus mécanique !

Pour eux « La meilleure façon d’avoir un impact sur le monde est de ne pas le faire ». Leur processus n’implique pas de produits chimiques nocifs ainsi qu’une utilisation d’eau et des émissions minimales et aucun déchet. En outre, la fibre peut être recyclée plusieurs fois sans perte de qualité. Enfin, la fibre  peut être teinte avant la phase de filage ce qui supprime le besoin d’eau et de produits chimiques.

Actuellement, l’industrie textile est confrontée à une crise de confiance sans précédent car le consommateur a besoin qu’elle devienne plus durable. Et 70% des émissions de CO2 de notre industrie vient du choix des matières premières. C’est pourquoi la création de nouvelles fibres devient plus que nécessaire.

Le fait que l’ANDAM soutienne ce type d’initiative permettra également à d’autres acteurs d’innover en créant de nouvelles fibres.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ✌️ Fabrice Jonas (@fabrice_jonas)

Le mot de la fin

La semaine prochaine toujours le jeudi à 10h00 sur Instagram, avec Valentine, nous parlerons de :

  • Balmain Festival
  • Le retour d’Alaïa avec Peter Mulier
  • Les NFTs pour la mode
  • Balenciaga et les réseaux sociaux

Article publié le 5 juillet 2021

Photo @unsplash

Fabrice

Je me définis comme un explorateur Fashiontech.
En outre, j'accompagne les entreprises technologiques sur le marché de la mode et du luxe.
Enfin, je vis entre Paris et Valencia !